Occuper une place de choix dans le numérique à Madibou

C’est le projet qu’habite Sany Senga, un jeune infographiste qui tient une boutique dans le huitième arrondissement de Brazzaville, Madibou, en République du Congo.

Le jeune entrepreneur Sany Senga

 » Je tiens à conquérir toute la clientèle de Madibou dans le numérique. Nous avons tout le matériel nécessaire pour faire les travaux dont elle a besoin. Au lieu donc d’aller toujours au marché Total, nous sommes sûrs de la satisfaire, conformément à leurs demande », a confié Sany Senga.

Arrivé dans l’informatique en 2007, ce jeune entrepreneur a roulé sa bosse dans quelques entreprises de la place de Brazzaville. Doté d’une expérience dans le domaine, il s’est dit qu’il pouvait mieux apporter à l’État congolais dans l’éradication du chômage.

En effet, c’est après le contrat avec la Brasserie du Congo et l’abus connu dans une société de la place de Brazzaville que Sany sera inspiré à ouvrir sa propre boutique.  » J’ai commencé par acheter le matériel de base que je gardais chez moi à la maison jusqu’au jour où j’ai pensé que je pouvais avoir mon propre établissement », a-t-il déclaré.

Depuis lors, il est dans l’informatique, la maintenance, les réseaux télécoms et la gestion commerciale informatisée. Mais, la spécificité de cet établissement c’est le design, c’est à dire que « nous faisons la conception et la modification des visuels que sont les documents, les images et les vidéos ».

Il faut noter que Madibou n’est pas totalement couvert par Congo Telecom et Canal Box.  » Ici, le réseau ne dépasse pas Kintsana. Après Loua il n’y a plus de connexion internet cablée, en-dehors de ceux qui ont des téléphones mobiles avec les datas qui vont avec, une situation qui mettrait à mal les populations de cette partie de la capitale.

 » Autre chose que j’aimerais dire c’est que le numérique a un bel avenir si et seulement si chaque foyer pouvait avoir la connexion internet mensuelle à un prix abordable, ce sera un grand pas. Puisque les prix proposés par les opérateurs en télécom semblent chers et, par conséquent, ne sont pas à la portée de tout le monde », a fait remarquer le jeune entrepreneur.a

Mais, Sany Senga reste confiant que les choses vont bouger du côté des pouvoirs publics pour faire évoluer cette préoccupation. Car, pense-t-il, il y a des enfants qui sont régulièrement sur le net. Et, à ce niveau, il faut dire que pour être sur le net, on est pas obligé d’avoir un bagage intellectuel.

Achille Tchikabaka

o

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s