Les élections législatives et locales au cœur de la 31e journée de la concorde nationale

Le déroulement dans la paix et l’unité nationale des prochaines élections législatives et locales a été au coeur de la célébration de la 31e journée de la concorde nationale, le 10 juin 2022, à Brazzaville. Ainsi, placée sous le patronage du premier ministre, Anatole Collinet Makosso, elle a constitué un moment pour rappeler la portée du Vivre ensemble à un mois de ces joutes électorales.

Le premier ministre Anatole Collinet Makosso patronant la cérémonie

Célébrée sous le thème  » Ensemble, dans la concorde nationale et l’unité, poursuivons notre marche et oeuvrons pour des élections politiques apaisées », cela a constitué un moment fort pour le premier ministre Anatole Collinet Makosso de rappeler le sens profond de cette thématique en perspective des élections de juillet prochain sur le territoire national.

 » Il s’agit pour les responsables politiques, des institutions et administrations publiques, de la société civile et des confessions religieuses, au travers de ce thème, d’agir de façon vivante et créatrice, en vue de renforcer l’unité et la concorde nationale en cette année essentiellement électorale », a indiqué le premier ministre Anatole Collinet Makosso.
Selon lui, il faut sur ce plan rechercher la concorde au sein des partis politiques quand on sait que le choix et l’investiture des candidats n’ont pas manqué de créer des frustrations voire des fissures susceptibles de remettre en cause le fondement du Vivre ensemble.

Par ailleurs, il a précisé que  » cette journée n’est pas seulement réservée aux dirigeants et aux élites, mais aussi aux citoyens de tous les milieux pour promouvoir le Vivre ensemble partout où ses fondements peuvent être ébranlés ».

Vue partielle des participants

Cette journée qu’organise chaque année le Comité de suivi de la convention pour la paix et la reconstruction du Congo, que dirige le haut commissaire Marius Mouambenga, rappelle le lavement des mains et le planting des arbres pour la forêt de l’unité nationale en 1991. Fruits des hauts moments pour exhorter les Congolais dans la compréhension mutuelle et à la tolérance.

 »Cette belle leçon que nous a enseignée par l’exemple le président de la République, son excellence Dénis Sassou-Nguesso, lorsque lui-même, alors victime de l’intolérance à la seule évocation de son nom dans cette salle effervescente du Palais des congrès : hué conspué, critiqué, vilipendé… accepta tout de même de venir dans la même salle, endosser les actes et conclusions de la conférence nationale souveraine », a souligné le chef du gouvernement.
Ce 21 avril 1991, Denis Sassou-N’Guesso prononça un discours célèbre dans lequel il dit « J’assume ».

 » Un célèbre discours qui devrait appeler les acteurs politiques à réinventer l’histoire de la vision de l’homme Denis Sassou-N’Guesso qui, de tout temps, incarne avec constance les valeurs de paix, de tolérance et du Vivre ensemble  ».

Achille TCHIKABAKA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s