Télécoms: le Fratel appelé à l’échange d’informations

Vue partielle des participants

C’est l’appel de Luc Tapella, président du Réseau francophone de régulation des télécommunications (Fratel) lors de la clôture de la 19è session, le 24 mai 2022, à Brazzaville, pour lutter contre les cybers attaques.

Notons que le Fratel a été créé le 28 octobre 2003 à Bamako par les régulateurs des télécommunications ayant la langue française en partage. Sa création a été décidé lors d’un symposium des régulateurs francophones réunis à Paris en juin 2002. Il vise à établir et renfordcer la collaboration et les échanges entre membres.

« Il est très important de favoriser le partage d’information entre les régulateurs et les différents acteurs. Sans cet échange, nous ne serons pas forts et pour arriver à combattre la cybers sécurité », a-t-il affirmé, avant de marteler qu’il ne faut pas oublier qu’avec les cybers attaques il n’y a pas de frontières. Il a également appelé à plus de collaboration entre pays. « Nous devons avoir l’approche collaborative. Une collaboration avec les différents opérateurs, les différents fournisseurs de services, mais aussi avec les autorités et les autres secteurs ».
Cette session qui a permis aux participants d’avoir plus d’outils pour lutter contre les cybers attaques, a été une occasion pour le directeur général de l’Agence de régulation des postes et télécommunications électroniques (Arpce), Louis-Marc Sakala, d’attirer l’attention des acteurs des télécommunications sur les dangers que court la société.
« Les travaux que nous avons eus nous ont emmenés à être sensibilisés, avisés et nous ont surtout donné et apporté des outils pour ramener des solutions idoines à mettre en place dans nos pays lors de notre retour, et les mettre en place afin que nous puissions avancer ensemble, et ne pas nous borner à écouter « , a-t-il souligné.
En effet, a-t-il poursuivi, les attaques que subissent les serveurs en Amérique, en Europe et en Asie, sont exactement les mêmes que subissent les serveurs en Afrique, au Congo et partout. Car, à en croire M. Sakala, les marqueurs se développent avec l’évolution des technologies.  » Nous devons à même être forts pour résister ensemble, de mettre en place des solutions qui nous permettent d’avoir des architectures fiables », a conclu l’orateur.

Achille Tchikabaka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s