SVIETA ALPHONSINE DIATHA: « CHAQUE CONGOLAIS ET CHAQUE CONGOLAISE… UN LEADER! » VRAIMENT?

C’est plutôt le rêve caressé par les membres de LeadCo, une ONG congolaise créée en 2020 et qui, d’après ce qu’on peut lire sur sa page facebook officielle, porte la vision de voir « émerger un leadership vertueux, influent et agissant en chaque congolais ». Ce rêve est-il vraiment réalisable?  Svieta Alphonsine Diatha, cofondatrice de LeadCo en est plutôt convaincue. Elle était l’invitée de la Tribune « Etudes et Carrières » N°01. C’était le vendredi 21 janvier 2022 au Centre Culturel Zola. . Dans cette première partie, elle révèle comment LeadCo agit pour matérialiser la vision qui se cache derrière sa création. Elle répond aux questions de Divine NKOUA (Queen D2K).

Svieta Alphonsine Diatha, Directrice du Centre Culturel Zola

Queen D2K: Madame Diatha bonjour, il ne faut aucun doute que derrière la création de Leadership pour le Congo se cache toute une vision. Laquelle est-ce?

Svieta Alphonsine Diatha: Leadership pour le Congo est une vision de transformation de son environnement de vie et de la société par l’action de l’homme. En conséquence, c’est une vision tendant à interpeller la conscience à chaque femme et de chaque homme, afin de réfléchir sur sa condition et sur le la sort de son environnement, de manière à inventer et à trouver des solutions d’amélioration et de changement… La finalité est qu’il soit un acteur du changement dans son environnement, qu’il soit capable d’influencer positivement son environnement par ses idées et par son action sur le terrain.

Le logo de LeadCo

Queen D2K: Comment LeadCo s’emploie-t-elle à matérialiser cette vision?

Svieta Alphonsine Diatha: Le premier pas de la matérialisation de cette vision est le Centre Culturel Zola

Queen D2K: Tout justement, ma prochaine question est sur le Centre Culturel Zola. Qu’est-ce qu’il apporte comme valeur ajoutée?

Queen D2K en pleine interview

Svieta Alphonsine Diatha: La valeur ajoutée du centre culturel Zola réside déjà dans le fait qu’il vient combler un vide, celui du manque criard de maisons de la culture et des spectacles, il répond à un besoin vital, celui de l’épanouissement des talents culturels et simplement de notre jeunesse. Le centre culturel Zola se donne la vocation de faire la promotion de la culture congolaise et africaine. Offrir un espace d’expression des talents culturels et mettre en valeur le travail de nos artistes sont autant de choses que nous voulons faire.

Queen D2K: Un regard attentif sur le Centre Culturel Zola mets tout de suite en valeur un choix stratégique: Œuvrer en faveur de l’enracinement culturel des communautés négro-africaines. Est-ce bien cela?

Svieta Alphonsine Diatha: Je ne sais pas si on peut le dire comme cela, mais ce qu’il retenir c’est que pour le centre culturel Zola et ses promoteurs, il est important de réconcilier les congolais avec leur culture, faire redécouvrir à chaque congolais le patrimoine culturel dont regorge les 342 000 kilomètres carrés de notre pays, il faut aller à la conquête d’une partie essentielle de notre identité, notre identité culturelle. (à suivre…)

Simulation d’une leçon de percussion par Kinzonzi Jean Dieudonné de la Compagnie « OKOUME » . C’est l’un des animateurs de l’atelier « Percussion » du Centre Culturel Zola.

Dans notre prochaine publication, nous reviendrons sur les autres aspects abordés dans cet entretien qui a permis aux assistants de trouver les éléments de réponses à la question : « Orientation, développement des carrières, leadership et enracinement culturel: quel lien entre les 4 concepts? » objet de la tribune « Etudes et Carrières N°01 »

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s